Saute-mouton à Brest !

Depuis novembre 2016, il existe à Brest une nouvelle « attraction » : un téléphérique Jean-Moulin/Centre-Siamurbain connectant les deux rives de la Penfeld, le fleuve côtier qui sépare le quartier de Siam, rive gauche, avec la station « Jean-Moulin/Centre-Siam » et celui de Recouvrance/Les Capucins, rive droite, avec la station « Ateliers des Capucins ». Ce fleuve passe au fond d’un vallon occupé par l’arsenal militaire de la base navale, dont l’accès est fermé au public. Les deux rives ont connu un développement très différent. C’est à gauche que le centre ville s’est développé tandis qu’à droite se trouvait autrefois le quartier des marins et des ouvriers de l’arsenal.

Le téléphérique s’étend ainsi sur environ 500m au-dessus de la Penfeld entre les deux stations et passe à travers un pylône de 80m environ, ancré tout au bord de la rive gauche. Les deux cabines, d’une capacité de 40 à 60 personnes, font un mouvement de va-et-vient, nommé mouvement bidirectionnel.

L’originalité de ce téléphérique réside ainsi dans la rencontre des deux cabines qui jouent à saute-mouton lors du passage du pylône. Cette rencontre s’appelle plus précisément « saute de mouton à câble », en abrégé SDMC. Leur design a également été spécialement inventé pour Brest !

 Par ailleurs, l’ancien atelier de l’arsenal de la base navale sur la terrasse des Capucins a été démilitarisé.

Il forme désormais, avec la station « Atelier des Capucins », un nouvel espace de l’urbanisation de Brest en connectant les deux rives. Le nom du terrain dérive de l’ancien couvent des Capucins sur place; à l’époque et dans l’histoire navale les capucins avaient  servi dans la marine (de guerre) comme des prêtres !

         Le téléphérique est la nouvelle ligne C du trafic urbain à Brest et intégré au transport public existant. Avec le même ticket à 1,50 €, il est possible d’utiliser à la fois le bus, le tramway et le téléphérique durant une heure. 

       Enfin, au-delà de l’aspect innovant de ce nouveau téléphérique, il convient également de souligner la beauté architecturale des bâtiments des ateliers de l’arsenal.

Venez voir !